Quand et comment les premiers ETF ont-ils été créés ?

Les Exchange-Traded Funds (ETF) ont connu une ascension fulgurante depuis leur introduction sur le marché. Ces produits d’investissement offrent une solution simple, à faible coût et liquide pour accéder à une vaste gamme de classes d’actifs, de stratégies de placement et d’expositions géographiques. Alors, qui a inventé les ETF ? Dans cet article, nous explorerons l’histoire des ETF en passant en revue les précurseurs des fonds passifs, l’émergence des ETF aux États-Unis, le lancement du premier ETF américain, ainsi que les évolutions et les perspectives futures de ces produits d’investissement. Préparez-vous à plonger dans le passé des ETF et à découvrir comment ils ont révolutionné le secteur de l’investissement.

Depuis leur introduction sur le marché, les Exchange-Traded Funds (ETF) ont connu une croissance exponentielle et ont révolutionné le paysage de l’investissement. Ces véhicules d’investissement offrent aux investisseurs une solution simple et efficace pour accéder à une vaste gamme de classes d’actifs et de stratégies d’investissement. Mais qui a inventé les ETF ? Dans cet article, nous explorerons l’histoire des ETF, en commençant par les prémices des fonds passifs et des indices de marché, jusqu’à l’émergence des ETF aux États-Unis.

Les prémices des fonds passifs et des indices de marché

Les premières théories académiques sur l’investissement passif

Les bases de la gestion passive ont été établies au XIXe siècle, avec l’émergence des premières théories académiques sur l’investissement passif. Des penseurs tels que George Rutledge Gibson ont souligné l’importance de la valeur des actions basée sur les meilleures informations disponibles. Cependant, ce n’est qu’au milieu du XXe siècle que les théories sur la gestion de portefeuille amplifiant ces réflexions ont commencé à se développer, avec des chercheurs comme Harry Markowitz, William Sharpe et Eugene Fama.

Markowitz a publié son célèbre article « Portfolio Selection » en 1952, dans lequel il a démontré l’importance de la diversification pour minimiser les risques tout en maximisant les rendements. Sharpe a développé la théorie du CAPM (Capital Asset Pricing Model) dans les années 1960, qui a jeté les bases de l’évaluation des actifs financiers. Fama, quant à lui, a formulé l’hypothèse de l’efficience des marchés dans les années 1960, affirmant que les prix des actifs reflètent toutes les informations disponibles et qu’il est donc difficile de battre le marché de manière régulière.

Voir aussi :  Qui a inventé le paratonnerre ?

Les premières initiatives de gestion passive

Dans les années 1960 et 1970, des pionniers dans le domaine de la gestion d’actifs ont commencé à mettre en pratique ces théories sur l’investissement passif en lançant les premières initiatives de gestion passive. Parmi ces pionniers figuraient Wells Fargo, American National Bank et Batterymarch.

Wells Fargo, en particulier, a joué un rôle précurseur dans le développement de la gestion passive. En 1964, la banque a créé un think tank de gestion d’actifs qui se basait sur des modèles quantitatifs et des ordinateurs de l’époque pour mettre en pratique les théories de Markowitz, Sharpe et Fama. Ce think tank, dirigé par Mac McQuown, a collaboré avec des chercheurs de renom tels que Eugene Fama et a jeté les bases des premiers fonds indiciels.

American National Bank et Batterymarch ont également lancé des fonds passifs dans les années 1960 et 1970, mais ces fonds étaient principalement destinés aux investisseurs institutionnels.

L’émergence des ETF aux États-Unis

La création des premiers fonds indiciels et l’importance de Vanguard et John Bogle

Dans les années 1970, alors que les prémices des fonds passifs commençaient à se développer, des acteurs clés ont joué un rôle déterminant dans l’émergence des ETF aux États-Unis. En particulier, Vanguard et son fondateur John Bogle ont contribué de manière significative à la démocratisation des fonds passifs.

Vanguard, fondée en 1974, a été l’une des premières sociétés à proposer des fonds communs de placement indiciels accessibles aux investisseurs particuliers. Son premier fonds passif, lancé en 1975, visait à reproduire les performances du S&P 500. Grâce à des frais de gestion faibles et une approche basée sur l’indexation, Vanguard a réussi à attirer un grand nombre d’investisseurs soucieux des coûts.

John Bogle, le fondateur de Vanguard, a joué un rôle essentiel dans la promotion des fonds passifs et leur adoption massive par les investisseurs. Sa vision consistait à offrir aux investisseurs un moyen simple et rentable de suivre les performances des indices de marché, plutôt que de chercher à battre le marché par la gestion active. Bogle a également contribué à l’essor des fonds indiciels en proposant des frais d’entrée bas, voire inexistants, pour les investisseurs particuliers.

Le lancement du premier ETF américain et son impact

Alors que les fonds indiciels de Vanguard gagnaient en popularité, une nouvelle innovation a vu le jour dans les années 1980. Suite au krach boursier de 1987, les autorités de régulation ont cherché des moyens de limiter la volatilité du marché. C’est dans ce contexte qu’est né le concept d’Exchange-Traded Fund (ETF).

Voir aussi :  Qui a inventé la photographie

En 1993, la bourse American Stock Exchange (Amex) s’est associée à State Street Global Advisors pour lancer le premier ETF américain : le SPDR SPY. Contrairement aux fonds mutuels traditionnels, ce nouvel instrument permettait aux investisseurs de négocier des parts sur une bourse d’échanges en continu, offrant ainsi une liquidité instantanée. Le SPY, qui réplique l’indice S&P 500, est rapidement devenu le plus grand et le plus célèbre ETF au monde.

Le lancement du premier ETF a eu un impact significatif sur le marché financier. Les investisseurs ont rapidement réalisé les avantages des ETF, tels que la liquidité, la transparence et les frais de gestion réduits. Les ETF ont également offert la possibilité de diversifier facilement leur portefeuille en accédant à des paniers d’actifs larges, tels que des indices d’actions ou des indices obligataires.

Aujourd’hui, les ETF sont devenus un outil d’investissement incontournable pour les investisseurs particuliers et institutionnels. Leur popularité a continué de croître, avec une large gamme d’ETF disponibles dans différentes classes d’actifs, des indices de marché aux secteurs spécifiques, en passant par les matières premières et les stratégies d’investissement thématiques.

L’expansion et la diversification des ETF

L’adoption des ETF par d’autres pays et l’évolution du marché mondial

Après le lancement du premier ETF américain, les autres pays ont rapidement suivi le mouvement. Les ETF se sont répandus à l’international et ont été adoptés par des investisseurs du monde entier. Les places boursières de différentes régions du globe ont commencé à coter des ETF, offrant ainsi aux investisseurs locaux une solution diversifiée et liquide pour investir dans différents marchés.

Avec l’adoption croissante des ETF, le marché mondial des ETF a connu une croissance spectaculaire. Les actifs sous gestion ont atteint des niveaux record, avec une augmentation constante d’année en année. Aujourd’hui, les ETF représentent une part significative du marché global des fonds d’investissement.

La couverture d’autres classes d’actifs et l’émergence des ETF sectoriels et thématiques

Au fil du temps, les ETF ont élargi leur champ d’application au-delà des indices de marché traditionnels. Les investisseurs ont maintenant accès à une vaste gamme de classes d’actifs, allant des actions et obligations aux matières premières et aux devises. Les ETF obligataires sont devenus particulièrement populaires, offrant aux investisseurs un moyen facile et liquide d’investir dans des titres à revenu fixe.

De plus, des ETF sectoriels et thématiques ont émergé, permettant aux investisseurs de se positionner sur des secteurs spécifiques de l’économie ou sur des thèmes d’investissement particuliers. Par exemple, il existe des ETF axés sur les technologies, l’énergie propre, l’immobilier, la santé et bien d’autres. Ces ETF offrent aux investisseurs la possibilité de personnaliser leur allocation en fonction de leurs convictions et stratégies d’investissement.

Voir aussi :  Qui a inventé le smartphone ?

Les avancées et les nouvelles stratégies des ETF

Les ETF factoriels et les Smart Beta ETF

Au fur et à mesure que les ETF se sont développés, de nouvelles stratégies d’investissement ont été introduites pour répondre aux besoins spécifiques des investisseurs. Les ETF factoriels, également appelés Smart Beta ETF, sont l’une de ces avancées majeures.

Les ETF factoriels cherchent à exploiter des facteurs spécifiques, tels que la valeur, la croissance, la qualité ou la volatilité, pour construire un portefeuille qui surperforme les indices de marché traditionnels. Ces stratégies reposent sur des règles quantitatives et permettent aux investisseurs de s’exposer à des caractéristiques de performance spécifiques.

Les Smart Beta ETF offrent une alternative à l’investissement purement indiciel, en combinant des éléments de la gestion active et de la gestion passive. Ils offrent aux investisseurs la possibilité de générer de l’alpha, c’est-à-dire une performance excédentaire par rapport à l’indice de référence, tout en tirant parti des avantages des ETF en termes de coûts et de liquidité.

L’introduction des ETF actifs semi-transparents et des ETF durables

Au cours des dernières années, de nouvelles avancées ont été faites dans le domaine des ETF actifs. Historiquement, les ETF se caractérisaient par leur transparence totale, avec une divulgation quotidienne de leurs positions. Cependant, certaines sociétés de gestion ont développé des ETF actifs semi-transparents, qui conservent une partie de leurs positions confidentielles, permettant ainsi aux gestionnaires d’adopter une approche plus active tout en préservant la liquidité et la négociabilité des ETF.

Parallèlement, les ETF durables ont gagné en popularité. Ces ETF se concentrent sur des investissements socialement responsables (ISR) et intègrent des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur processus d’investissement. Ils offrent aux investisseurs la possibilité d’aligner leurs objectifs financiers avec leurs valeurs personnelles, en investissant dans des entreprises respectueuses de l’environnement, socialement responsables et dotées de pratiques de gouvernance solides.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire