Qui a inventé la machine à coudre

Qui a inventé la machine à coudre

Avec l’avènement de la révolution industrielle, l’ère de la mécanisation a commencé, qui s’est bien sûr étendue à l’industrie textile. Quant à savoir qui est l’inventeur de la machine à coudre, les débats sont nombreux. Les Français, les Allemands, les Américains, les Britanniques, etc. prétendent tous avoir inventé cet instrument, ce qui est partiellement vrai. Voyons pourquoi !

Charles Weisenthal était un Allemand qui vivait en Angleterre et qui serait l’inventeur de la machine à coudre, ayant breveté une aiguille utilisée par une machine, bien qu’il ne puisse être confirmé que cette invention était réellement une machine à coudre.

Plus tard, en 1790, un Anglais du nom de Greenhill Rents a présenté à Londres un modèle contenant un poinçon permettant de faire des trous dans les tissus. Dans la même année est apparue la machine à coudre de Thomas Saint, qui avait les éléments les plus basiques de la même et qu’encore aujourd’hui on peut voir dans les machines actuelles, c’est-à-dire, une base pour pouvoir supporter le bras dans la même machine, ainsi que des mécanismes de traînement des tissus et des mouvements de l’aiguille qui est à l’intérieur du bras et de cette façon pouvoir coudre.

La machine à coudre, une percée dans l’industrie textile

Brevets pour la machine à coudre

En 1804, Scott Duncan a déposé un brevet pour une machine dotée de nombreuses aiguilles pour la broderie, mais son projet est tombé dans l’oubli. En 1810, un Allemand connu sous le nom de Balthasar Krems a créé une machine à coudre automatique, bien qu’elle n’ait jamais été brevetée ou n’ait jamais fonctionné correctement. Ce nom n’est donc généralement pas mentionné dans la liste des personnes ayant contribué à l’invention de la machine à coudre, mais sa contribution a certainement existé.

En 1814, l’Autrichien Josef Mederspreger a fait breveter sa machine à coudre, mais elle n’a pas eu de succès non plus, car elle ne fonctionnait pas correctement. En 1894, deux Français, Thomas Stone et James Henderson, ont pensé à concevoir une machine à coudre pour reproduire la couture à la main, mais cela n’est resté qu’une idée et leur projet n’a jamais vu le jour.

Et avec tant de conceptions et de brevets de machines à coudre dans toute l’Europe, l’Amérique ne pouvait pas rester en arrière, et bien qu’il y ait eu plusieurs tentatives de fabrication d’une machine à coudre, ce n’est qu’en 1842 que John Greenoug a breveté la première.

Machines à coudre électroniques et informatisées

En 1833, Walter Hunt a inventé une machine à coudre munie d’une serrure, mais comme elle ne cessait de s’arrêter, il s’en est désintéressé et n’a même pas fait breveter sa conception, vendant même sa machine. Mais en 1845, Elias Howe a utilisé sa conception et obtenu le brevet pour essayer de vendre, sans succès, son idée en Angleterre.

La « combinaison de machines à coudre » a duré jusqu’en 1877, conséquence d’une guerre entre les inventeurs de la machine qui s’est terminée par l’union de Singer, Howe et Wilson, entre autres.

En 1900 apparaît la machine à coudre électronique inventée par la société Singer, un nom qui est devenu synonyme de ces instruments. En 1987, Orisol a été chargé d’inventer la machine à coudre informatisée qui a réussi à améliorer la précision que les machines à coudre avaient jusqu’alors.

adminmalou

adminmalou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.