Qui a inventé le couscous ?

Qui a inventé le couscous ?

Tout comme certaines cultures servent du riz à presque tous les repas, d’autres font de même avec le couscous. Et tout comme il existe de nombreuses variétés de riz, il existe également différentes catégories de couscous que les cuisiniers curieux peuvent explorer. S’il ne fait pas déjà partie de votre alimentation habituelle, le couscous est une excellente alternative à la rotation typique des féculents et mérite une place dans votre garde-manger pour des plats rapides et nourrissants.

Le terme « couscous » peut désigner à la fois le produit céréalier généralement fabriqué à partir de semoule (blé dur grossièrement moulu) – bien qu’il puisse également être fabriqué à partir d’autres céréales, notamment l’orge et le millet – et le plat qui en est fait. Le plat est traditionnellement préparé en faisant cuire les granulés à la vapeur dans une couscousière au-dessus d’un ragoût mijoté jusqu’à ce qu’ils soient légers et moelleux pour absorber les saveurs du ragoût avant d’être servis ensemble. C’est un aliment de base du Maghreb, également connu sous le nom d’Afrique du Nord-Ouest, et il est tellement apprécié que le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Mauritanie ont soumis une candidature commune pour que le couscous reçoive le statut de patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, une distinction réservée aux pratiques culturelles les plus précieuses du monde, et elle a été approuvée en décembre dernier. « Cette nouvelle inscription reconnaît la valeur du couscous et des connaissances, pratiques et savoir-faire qui l’entourent », peut-on lire sur le site de l’UNESCO.

L’histoire du couscous

On ne connaît pas les détails exacts des origines du couscous, mais on connaît la dernière époque à laquelle il a pu apparaître. « Depuis les années 40, nous avons pris connaissance de livres de cuisine arabes des 13e et 14e siècles qui contiennent des recettes de couscous », écrit l’historien de l’alimentation Charles Perry dans l’essai « Couscous And Its Cousins » publié dans « Staple Foods : Oxford Symposium on Food 1989 ». « Mais dans l’ensemble, les silences suspects sur le couscous dans les sources antérieures au 13e siècle, associés à l’origine berbère évidente du mot arabe ‘kuskusu’, suggèrent que le couscous est apparu chez les Berbères du nord de l’Algérie et du Maroc pendant la période obscure entre l’effondrement du royaume ziride au 11e siècle et le triomphe des Almohades au 13e. »

L’historien de l’alimentation Clifford Wright la situe un peu plus loin, en Tunisie, au XIIe siècle, et suppose qu’elle a d’abord été fabriquée à partir de farine d’orge et de glands avant que le blé dur ne devienne la céréale prédominante. Cependant, « des chercheurs ont trouvé des ustensiles utilisés pour la fabrication du couscous dans la tombe du roi berbère du troisième siècle, Masinissa, qui a unifié ce qui est aujourd’hui l’Algérie, la Libye et la Tunisie », selon Quartz.

Céréales, pâtes ou une catégorie à part entière

En établissant une liste de plats d’accompagnement simples pour compléter le dîner, je suis tombée sur une énigme : dois-je mettre le couscous dans la catégorie des céréales ou l’inclure dans celle des pâtes simples ? Ou bien appartient-il à une catégorie à part ? Un sondage informel sur Twitter et des recherches sur Internet ont abouti à des conclusions contradictoires : « tiny pasta », « grain-like pasta », « granular starch », « an elegantly simple pasta » (« On Food and Cooking »), « processed wheat » (« The Joy of Cooking »), « a traditional North African pasta », « grain product », « a semolina-based cousin to pasta » et « a man-made product similar to pasta » sont autant de descriptifs différents que j’ai rencontrés, ce qui n’a fait que renforcer ma confusion.

Pour répondre pleinement à cette question, nous devons commencer par la façon dont le couscous est fabriqué. Dans son itération la plus simple et la plus traditionnelle, les granulés de couscous sont formés en mélangeant des grains grossièrement moulus (généralement sous forme de semoule) avec de l’eau et en les roulant entre les paumes de vos mains pour former de minuscules perles. Puisqu’il est fabriqué par l’homme, je ne suis pas d’accord pour qualifier le couscous de céréale, mais « produit céréalier » ou « céréale transformée » semblent convenir.

5 céréales consistantes et comment les utiliser dans les bols, les salades et même les gâteaux.

Quant à savoir si le couscous est une pâte, cela dépend de votre définition de cette dernière. Si le terme « pâtes » désigne simplement des grains moulus mélangés à de l’eau puis cuits, le couscous est une pâte. Si vous vous dites : « Mais les pâtes doivent être pétries », permettez-moi de vous présenter les gnocchis comme contre-argument. Ou, si vous faites plutôt remarquer que les pâtes sont bouillies alors que le couscous est cuit à la vapeur, y a-t-il vraiment une grande différence entre les deux méthodes, puisque toutes deux impliquent une cuisson à l’eau chaude ? Comme le dit le blog Food Fun Travel : « Bien que chaque once de mon être me dise que ce ne sont pas des pâtes, cela correspond en quelque sorte aux définitions. »

Ainsi, alors que, dans un sens, le couscous est à la fois une céréale et des pâtes et aucun des deux à la fois, je pense qu’il est préférable de le placer dans un domaine à part. Nous vous en apprenons plus sur m3i-zero.fr !

Les différents types de couscous

Couscous.

Tout ce qui est simplement appelé « couscous » – ou parfois « couscous marocain » – désigne le produit céréalier (généralement de la semoule) dont nous avons parlé jusqu’à présent. Ce que nous trouvons dans la plupart des épiceries aux États-Unis est généralement instantané, précuit ou à cuisson rapide, ce qui signifie qu’il a été cuit à la vapeur et séché, et qu’il suffit de le reconstituer avec de l’eau bouillante avant de le consommer. Sinon, il est généralement cuit à la vapeur – souvent à plusieurs reprises – jusqu’à ce qu’il soit léger et moelleux. Vous pouvez également trouver sur les étagères des magasins du couscous au blé entier, qui a une saveur plus noisette.

Le couscous israélien.

Appelé à l’origine p’titim (également écrit ptitim) – ce qui se traduit par « flocons » ou « petits miettes » en hébreu – le couscous israélien n’est pas vraiment du couscous, mais plutôt des pâtes extrudées qui ont été grillées. Il a été inventé dans les années 1950 par la société alimentaire Osem à la demande du premier ministre israélien de l’époque, David Ben-Gourion, comme une alternative plus abordable au riz. « Le temps a passé, l’austérité était terminée, le vrai riz était désormais facilement disponible et Osem a décidé que le p’titim serait mieux commercialisé sous forme de boulettes rondes ressemblant à des farfels plutôt que sous forme de grains allongés ressemblant à du riz », selon un article sur lestoquesdardeche.fr.

Le couscous perlé.

Le couscous perlé est techniquement une version plus grande du couscous marocain, bien qu’il soit parfois utilisé à tort comme synonyme de couscous israélien. De la taille d’un petit pois, le couscous perlé est encore plus grand que le couscous israélien. Dans le monde entier, il est également connu sous le nom de Mograbia (également orthographié Mograbiah ou Moghrabieh), maftoul (souvent fait avec du blé bulgur) et couscous libanais.

Cuisiner avec le couscous

Le couscous cuit à la vapeur donne une texture incroyablement éthérée, mais il peut prendre plus de temps à préparer que certains ne le souhaitent, c’est pourquoi le couscous instantané est si pratique. Il suffit de le mélanger à de l’eau bouillante, de le laisser reposer à couvert pendant quelques minutes, de le gonfler à la fourchette et il est prêt à être dégusté. La proportion d’eau par rapport au couscous instantané est généralement de 1 pour 1, mais elle peut varier selon la marque ou vos préférences, alors vérifiez les instructions sur l’emballage.

Il est délicieux seul, arrosé d’huile d’olive ou de beurre fondu et assaisonné de sel, ou mélangé à de nombreux ingrédients pour créer des plats plus complexes. Certains suggèrent de l’utiliser à la place de la chapelure pour remplir les plats de viande hachée, et il peut même être utilisé pour préparer des desserts.

Tout comme certaines cultures servent du riz à presque tous les repas, d’autres font de même avec le couscous. Et tout comme il existe de nombreuses variétés de riz, il existe également différentes catégories de couscous que les cuisiniers curieux peuvent explorer. S’il ne fait pas déjà partie de votre alimentation habituelle, le couscous est une excellente alternative à la rotation typique des féculents et mérite une place dans votre garde-manger pour des plats rapides et nourrissants.

adminmalou

adminmalou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.