Qui a inventé le paratonnerre ?

Qui a inventé le paratonnerre ?

Sous sa forme incontrôlée, l’électricité peut avoir un impact extrêmement destructeur. Pour cette raison, il a fallu inventer quelque chose pour capturer la foudre et s’en protéger. Telle est son histoire.

La maîtrise de l’énergie électrique a changé le cours de la civilisation. Parmi de nombreuses autres découvertes, le paratonnerre représente un jalon fondamental. L’idée de Benjamin Franklin a permis d’attirer les éclairs vers des points qui n’étaient pas dangereux. L’humanité a cessé d’avoir peur des orages. Aujourd’hui,

La maîtrise de l’énergie électrique a changé le cours de la civilisation. Parmi de nombreuses autres découvertes, le paratonnerre représente un jalon fondamental. L’idée de Benjamin Franklin a permis d’attirer les éclairs vers des points qui n’étaient pas dangereux. L’humanité a cessé d’avoir peur des orages. Aujourd’hui, qui-a-invente.eu vous propose son guide : Qui a inventé le paratonnerre ?

Benjamin Franklin, inventeur du paratonnerre ?

Les gens sont souvent confus et associent le paratonnerre à Edison, l’inventeur de l’ampoule électrique. En réalité, cette médaille doit être accrochée au cou de l’homme politique et scientifique Benjamin Franklin, l’une des premières personnes à proposer l’heure d’été comme mesure d’économie d’énergie.

La passion de Franklin pour les recherches sur l’électricité l’a amené à prêter attention à un phénomène qui était passé inaperçu pour beaucoup d’autres avant lui. Un jour, alors qu’il faisait voler un cerf-volant, celui-ci fut frappé par un éclair qui le brûla, ce qui amena l’ingénieux chercheur à se demander s’il était possible d’attirer les éclairs d’une manière ou d’une autre.

Il attacha une clé métallique à ses cerfs-volants et continua à les faire voler les jours d’orage jusqu’à ce que, le 15 juin 1752, il parvienne à capturer un autre éclair. L’électricité descendait le long de la corde du cerf-volant jusqu’à atteindre la clé. C’est ainsi qu’il a démontré qu’il était possible d’attirer les éclairs vers les structures métalliques, épargnant ainsi les autres éléments d’être frappés.

Un an plus tard, en 1753, on commença à installer les premiers paratonnerres. Des barres métalliques de cinq à dix mètres de long avec une pointe en cuivre ou en platine (matériaux à haute conductivité électrique). Leur installation progressive sur les toits aux États-Unis (et plus tard dans le reste du monde) a permis de sauver d’innombrables vies et d’éviter des incendies.

Une fois l’éclair piégé, la barre métallique se poursuit sous la forme de la ligne de conduction. Cette ligne était constituée de barres métalliques ou de fils de cuivre. Dans tous les cas, leur fonction est d’amener l’électricité vers le sol. Un dissipateur, qui n’est rien d’autre qu’une extension de cette ligne, a été placé sous terre. Là, l’électricité de l’éclair est diluée et absorbée sans nuire à personne.

L’évolution de l’éclair original : Nikola Tesla

Il a beaucoup plu (et tonné) depuis que Franklin a eu sa grande idée. Pourtant, près de 300 ans plus tard, il existe de nombreux paratonnerres dans le monde qui continuent d’être utilisés exactement comme il les a conçus. Il s’agit d’une barre métallique avec une pointe en cuivre, la ligne de conduction comporte également du cuivre et un dissipateur souterrain.

Toutefois, ce schéma a subi d’importantes révisions. En 1918, Nikola Tesla, découvreur du courant alternatif, a notamment perfectionné l’invention. Il s’est rendu compte que la pointe du paratonnerre ionisait l’air et, pour cette raison, attirait la foudre. Mais, en même temps, elle transformait l’air en circulation en un conducteur, ce qui pouvait provoquer des dégâts incontrôlables. C’est ainsi qu’a été créé le paratonnerre avec un point de collecte et une base ample, qui était beaucoup plus sûr que l’original.

Plus tard, la combinaison de nouveaux matériaux et de nouvelles technologies a permis de perfectionner le paratonnerre, notamment dans deux directions :

  • Les paratonnerres déionisants à charge électrostatique : qui ont pour but d’éliminer les champs électriques des structures, empêchant ainsi la formation de la foudre sur celles-ci. Aujourd’hui, la plupart des experts considèrent qu’ils n’ont pas prouvé leur efficacité.
  • Les paratonnerres à dispositif de décharge : ils mesurent les charges électrostatiques des nuages pour prévoir le moment où un éclair se produira. Lorsqu’ils le détectent, ils lancent vers le haut une impulsion électromagnétique qui sert à capturer l’éclair à distance. De cette façon, les dommages éventuels causés par l’éclair sont réduits en tombant vers les paratonnerres.

Faits et anecdotes intéressants sur les éclairs et les paratonnerres

  • Les grues ne sont pas à l’abri de la foudre : le principe du paratonnerre repose sur la combinaison de la charge électrique négative d’un orage avec la charge électrique positive de la terre. La foudre est attirée par les conducteurs métalliques. Cela s’applique également aux structures métalliques, comme les grues, qui deviennent un énorme collecteur de foudre.
  • La Tour Eiffel a été conçue comme un paratonnerre géant : en réalité, elle a été conçue comme un laboratoire pour tous types de recherches scientifiques, mais surtout pour tester les théories sur l’électricité et la météorologie. Ce paratonnerre de plus de 325 mètres de haut reçoit en moyenne 5 impacts de foudre par an. En 1902, le photographe M.G. Loppé immortalise pour la première fois le moment où l’orage devient l’emblème de Paris.

Vous savez maintenant qui a inventé les paratonnerres ! Toute l’équipe du blog qui-a-invente.eu reste à votre disposition dans l’espace commentaire du blog.

adminmalou

adminmalou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.