Qui a invente la voiture électrique ?

Qui a invente la voiture électrique ?

Si les voitures électriques (VE) n’ont commencé que récemment à défier le moteur à combustion interne (MCI) pour l’avenir de nos routes, les VE existent depuis plus d’un siècle. La longue histoire des VE a été marquée par de nombreux rebondissements.

Beaucoup de gens ne savent pas qu’au début du 20e siècle, il y avait en fait plus de VE sur la route que de voitures à moteur à combustion interne à essence. Cette prévalence a toutefois été remise en question lorsque la chaîne de montage mobile de Ford a rendu les voitures particulières plus accessibles. Ford, convaincu que l’essence était plus largement disponible que l’électricité, a construit un système de transport basé sur l’essence qui allait durer plus de cent ans.

Bien que certains aient bricolé la mobilité électrique au cours des décennies intermittentes, il a fallu attendre l’aube du siècle suivant pour que les VE voient à nouveau le jour. 20 ans plus tard, les VE sont bel et bien revenus plus forts que jamais.

L’histoire des VE est une histoire intéressante, pleine de rebondissements, qui a donné naissance à cette technologie naissante. Cet article donne un aperçu de l’histoire des voitures électriques, de l’état actuel de la mobilité électrique et de ce que l’avenir réserve à la révolution des VE. Aujourd’hui, qui-a-invente.eu vous propose son guide : Qui a invente la voiture électrique ?

Les premiers inventeurs de la voiture électrique (1830-1880)

Au début des années 1800, une série de percées technologiques dans le domaine des batteries et des moteurs a conduit à l’invention des premiers voitures électriques par des ingénieurs et des pionniers de l’automobile des deux côtés de l’Atlantique.

Quand la première voiture électrique a-t-elle été fabriquée ?

Dès les années 1830, des inventeurs hongrois, néerlandais, britanniques et américains se sont efforcés de combiner ces avancées technologiques pour créer un véhicule à moteur. Bien que le sujet soit controversé, beaucoup affirment que les premières voitures électriques à petite échelle ont été développées entre 1828 et 1832.

Qui a inventé la première voiture électrique ?

On dit que la première voiture électrique a été présenté lors d’une conférence industrielle en 1835 par un inventeur britannique du nom de Robert Anderson. Le véhicule de Robert Anderson utilisait une batterie jetable alimentée par du pétrole brut pour faire tourner les roues.

Anderson n’était pas seul dans sa quête de mobilité électrique. À la même époque, le scientifique hongrois Ányos Jedlik et le professeur néerlandais Sibrandus Stratingh ont tous deux inventé des modèles de voitures électriques. Et de l’autre côté de l’Atlantique, Thomas Davenport, un forgeron américain devenu inventeur, aurait également inventé des composants intégraux du moteur électrique qui a donné naissance à la première voiture électrique.

Cependant, toutes ces voitures n’étaient guère plus que des prototypes de charrettes électrifiées, se déplaçant à une vitesse maximale de 12 km/h, avec une direction encombrante et une faible autonomie. Puis, dans les années 1860, un physicien français du nom de Gaston Plante a inventé la première batterie rechargeable au plomb, une avancée considérable pour la mobilité électrique. Toutefois, ce n’est qu’à la fin des années 1880 que ces inventions – batteries et moteurs électriques – ont été réunies par le pionnier de la mobilité électrique William Morrison pour créer le premier véhicule électrique « pratique ».

Quelle était la première voiture électrique ?

Aux États-Unis, la première voiture électrique « pratique » a été construite par William Morrison, un chimiste qui vivait à Des Moines, dans l’Iowa. Le véhicule de Morrison était une calèche traditionnelle tirée par des chevaux, très populaire dans l’Amérique du XIXe siècle, qui a été convertie pour accueillir une batterie. La voiture électrique de Morrison pouvait transporter un maximum de 12 personnes et avait une vitesse maximale de 32 km/h (20 miles par heure).

Le passage au transport motorisé (1880-1914)

Au début du XXe siècle, de nombreuses personnes ont commencé à troquer leurs chevaux et leurs charrettes contre des voitures motorisés. La popularité de l’automobile s’est alors rapidement accrue et la bataille pour l’avenir de la mobilité a commencé. Les options ? La vapeur, l’essence ou l’électricité.

À l’époque, la répartition entre ces trois modes de propulsion est assez équilibrée sur les routes américaines : environ 40 % des voitures fonctionnent à la vapeur, 38 % à l’électricité et seulement 22 % à l’essence.

Les véhicules à vapeur gagnaient en popularité depuis les années 1870 et détenaient une courte majorité sur le marché américain au tournant du siècle, mais ils ont connu des revers majeurs qui ont finalement entraîné leur chute. Les véhicules à vapeur nécessitaient des temps de démarrage allant jusqu’à 45 minutes et devaient constamment être remplis d’eau, ce qui limitait leur autonomie. En fin de compte, si la vapeur était fiable pour alimenter les usines et les trains, elle ne s’est pas avérée très pratique pour les voitures personnels.

À peu près au même moment où William Morrison travaillait sur sa voiture électrique, Gottlieb Daimler et Carl Benz développaient simultanément les premières automobiles du monde en 1886 en Allemagne. Cependant, les voitures à essence nécessitaient que le conducteur change de vitesse et démarre le véhicule à l’aide d’une lourde manivelle. Elles étaient également beaucoup plus bruyantes que leurs cousines à vapeur ou électriques et émettaient des polluants à l’échappement.

Par rapport aux deux autres types de véhicules sur le marché, les voitures électriques se sont avérées être une option compétitive. Elles n’émettaient pas de polluants désagréables, ne nécessitaient pas de changement de vitesse et n’avaient pas de longs temps de démarrage. Elles étaient donc plus faciles à conduire et beaucoup plus silencieuses.

Par conséquent, les voitures électriques sont rapidement devenues populaires auprès des habitants des villes où l’électricité était facilement disponible et plus le nombre de personnes ayant accès à l’électricité augmentait, plus elles devenaient populaires. Cette popularité a attiré l’attention de nombreux pionniers de l’époque : Porsche a mis au point la première voiture hybride du monde, tandis que Thomas Edison s’est même associé à son ami et ancien employé Henry Ford pour construire une voiture électrique abordable.

Cependant, cet élan allait connaître une fin lente, avec la création de la chaîne de montage rentable de Ford et la plus grande disponibilité de l’essence.

L’essor du moteur à combustion interne (1914-1970)

Les VE ont connu leur heure la plus sombre lorsque la voiture à moteur à combustion interne (MCI) produit en masse a été introduit. Avec le modèle T de Ford, les voitures à essence sont devenues largement disponibles et abordables.

Et après la découverte du pétrole au Texas, l’essence est devenue bon marché et facilement accessible pour beaucoup, alors que l’électricité n’était disponible que dans les villes. Au cours des 30 années suivantes, les voitures électriques ont peu progressé et, au milieu des années 1930, ils avaient presque complètement disparu du marché.

L’essence abondante et bon marché et les améliorations constantes apportées au moteur à combustion interne ont entravé la demande de voitures à carburant alternatif et renforcé la domination des véhicules à essence. En conséquence, la voiture électrique est resté en sommeil pendant une bonne moitié de siècle.

La réinvention de la voiture électrique (1970-2003)

Avance rapide jusqu’aux années 70, alors que le prix du pétrole et les pénuries d’essence atteignent un nouveau sommet – avec l’embargo pétrolier arabe de 1973 – l’intérêt pour la réduction de la dépendance de la société au pétrole augmente.

Les constructeurs automobiles, sensibles à ce changement social, ont commencé à explorer les possibilités de voitures à carburant alternatif, notamment les voitures électriques. Par exemple, General Motors a mis au point un prototype de véhicule électrique urbain et même la NASA a contribué à faire connaître cette technologie lorsque son rover lunaire électrique est devenu le premier véhicule habité sur la lune. Cependant, les voitures électriques souffraient encore de plusieurs inconvénients par rapport aux voitures à essence, notamment une autonomie limitée et des vitesses de pointe lentes, et les consommateurs n’étaient pas intéressés.

Pourtant, le manque d’intérêt du public n’a pas découragé les scientifiques et les ingénieurs d’essayer. Au cours des 20 années suivantes, les constructeurs automobiles ont modifié des modèles populaires pour créer des variantes électriques, dans l’espoir d’améliorer les batteries et d’obtenir une autonomie et une vitesse plus proches de celles des véhicules à essence.

L’un des tournants les plus importants a été l’introduction de la Toyota Prius. Commercialisée au Japon en 1997, la Prius est devenue la première voiture électrique hybride produit en série dans le monde. En 2000, la Prius a été commercialisée dans le monde entier et a connu un succès immédiat auprès des célébrités. Depuis, la hausse du prix de l’essence et les préoccupations croissantes concernant la pollution par le carbone ont contribué à faire de la Prius le véhicule hybride le plus vendu dans le monde. Cependant, le véritable tournant a eu lieu en 2003, lorsque deux entrepreneurs du nom de Martin Eberhard et Marc Tarpenning ont vu une opportunité.

La révolution de la voiture électrique (2003-2020)

Après avoir constaté la croissance de la capacité des batteries lithium-ion dans leur précédente entreprise, Eberhard et Marc ont créé Tesla Motors en 2003. En 2006, la start-up de la Silicon Valley a annoncé qu’elle commencerait à produire une voiture de sport électrique de luxe capable de parcourir plus de 320 km avec une seule charge.

Le succès de Tesla a incité de nombreux grands constructeurs automobiles à accélérer les travaux sur leurs propres voitures électriques. Nissan a relevé la concurrence avec le lancement de la Nissan LEAF en 2010. Cette voiture entièrement électrique et à zéro émission est devenue la voiture électrique le plus vendu au monde.

Dans le même temps, de nouvelles technologies de batterie ont fait leur apparition sur le marché, contribuant à améliorer l’autonomie et à réduire le coût des batteries des VE. Pour preuve, le prix des batteries lithium-ion a baissé de 97 % depuis 1991. Cela a contribué à réduire le coût des voitures électriques en général, les rendant plus abordables pour les consommateurs.

Dans les années qui ont suivi, presque tous les constructeurs automobiles de grande diffusion ont pris le train de l’électricité en marche et beaucoup ont promis d’arrêter complètement la construction de moteurs à combustion interne.

Le point de basculement (2021 et au-delà)

La croissance de la mobilité électrique, et en particulier des voitures électriques de passagers, a été profonde. Quelle que soit la mesure utilisée – ventes de VE, VE sur les routes, mandats gouvernementaux pour les VE, pourcentage de VE par rapport à l’ensemble des ventes de véhicules, ou simplement engagements des constructeurs automobiles en matière de mobilité électrique – il est indéniable que les gouvernements, la société et les consommateurs considèrent que la mobilité électrique jouera un rôle important à l’avenir. Trois chiffres illustrent parfaitement cette tendance :

  • Le nombre de VE en circulation a explosé : négligeable en 2010, il était d’environ 1 million en 2016 et, d’ici à la fin de 2020, on comptera jusqu’à 10 millions de voitures électriques sur les routes du monde.
  • Tesla est l’entreprise automobile la plus précieuse de la planète – sa valeur est estimée à 1 000 milliards de dollars – et son cofondateur/PDG Elon Musk est, en grande partie grâce à Tesla, l’homme le plus riche de la planète.
  • Malgré le ralentissement mondial des ventes de voitures dû à la pandémie, les immatriculations de voitures électriques ont augmenté de 41 % en 2020, atteignant 4,6 % de toutes les ventes de voitures dans le monde.

Cette croissance n’est pas non plus limitée à quelques pays. Dans le monde entier, on observe une croissance continue des ventes de VE sur tous les grands marchés, mais nulle part cette accélération n’a été aussi rapide qu’en Europe. Bien que la Chine continue d’avoir les stocks de VE les plus importants en termes de chiffres, l’Europe a dépassé la Chine en tant que moteur mondial des ventes de voitures électriques en 2020, représentant les 15 premiers marchés pour les ventes de VE.

La première place de cette liste revient à la Norvège, qui a déjà presque entièrement supprimé les ventes de voitures à moteur à combustion interne. La Norvège détient le titre de pays où la pénétration des VE est la plus élevée, puisque près de 80 % des voitures neuves vendues en septembre 2021 seront entièrement électriques. Le pays nordique devrait atteindre la barre des 100 % de voitures électriques vendus dès 2022, ce qui en ferait le premier pays au monde à le faire.

La Norvège est peut-être la première, mais elle n’est pas la seule : D’ici 2035, tous les plus grands marchés automobiles devraient passer à l’électricité. Selon McKinsey & Company, cette croissance rapide de la mobilité électrique signifie que nous avons déjà atteint le point de basculement – c’est-à-dire le point au-delà duquel des effets ou des changements importants et souvent irrépressibles se produisent – en termes d’adoption des VE par les passagers au cours du second semestre 2020.

Et cette croissance ne semble pas vouloir se ralentir de sitôt. Alors que les gouvernements, les entreprises et les particuliers se tournent vers un avenir durable, nombre d’entre eux considèrent les VE comme une étape essentielle de leur processus de décarbonisation. Vous savez maintenant qui à inventé la voiture électrique ! Toute l’équipe du blog qui-a-invente.eu reste à votre disposition dans l’espace commentaire du blog.

adminmalou

adminmalou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.