Qui a inventé le papier ?

Qui a inventé le papier ?

L’histoire du papier est inextricablement liée à celle de la culture et de la science. L’étincelle qui a déclenché l’invention du papier était simple mais extrêmement significative.

Les humains avaient un besoin urgent : se communiquer certaines informations sous forme écrite. Ces informations devaient être consignées sur un support léger et durable, facilement transportable. L’invention du papier a permis de remplacer le papyrus et le parchemin par un matériau plus facile et, avec l’avènement de nouvelles techniques de production, moins cher à fabriquer.

L’arrivée des médias numériques a peut-être fait oublier le rôle fondamental que le papier a joué dans la diffusion des connaissances : il ne faut pas oublier que, jusqu’à il y a quelques décennies, la diffusion de toute idée nécessitait une feuille de papier.

Il est intéressant de noter que la première définition du papier fournie par l’encyclopédie pour enfants Treccani en Italie est la suivante : « Un matériau indispensable à la diffusion des idées dans la vie quotidienne ». Au fil des siècles, le papier a apporté une énorme contribution au progrès, qu’il s’agisse de permettre la participation des citoyens à la vie démocratique ou d’élever les niveaux de connaissance et d’éducation. »

L’histoire du papier a reflété l’évolution de la société humaine au fil des siècles : de la diffusion des connaissances scientifiques et philosophiques à la propagation de l’éducation jusqu’à la création du type de conscience politique et historique qui a donné naissance à l’État-nation moderne. Aujourd’hui, qui-a-invente.eu vous propose son guide : Qui a inventé le papier ?

L’histoire du papier : Les origines chinoises

Les sources historiques attribuent l’invention du papier à Cai Lun, un dignitaire au service de la cour impériale chinoise qui, en 105 de notre ère, a commencé à produire des feuilles de papier à partir de vieux chiffons, d’écorces d’arbres et de filets de pêche. Les Chinois ont jalousement gardé le secret de la fabrication du papier pendant de nombreux siècles jusqu’à ce que, au VIe siècle, leur invention soit apportée au Japon par le moine bouddhiste Dam Jing. Les Japonais ont immédiatement appris les techniques de fabrication du papier et ont commencé à utiliser la pâte dérivée de l’écorce de mûrier pour produire eux-mêmes ce précieux matériau.

L’histoire du papier : l’arrivée dans le monde arabe

Le monde arabe découvre les secrets de la fabrication du papier en 751 après J.-C., lorsque le gouverneur général du califat de Bagdad capture deux papetiers chinois à Samarkand et, avec leur aide, fonde une usine de papier dans la ville ouzbèke. De là, grâce à l’abondance de chanvre et de lin, deux matières premières de grande qualité, parfaites pour la fabrication du papier, la production s’est étendue à d’autres villes d’Asie, notamment Bagdad et Damas.

Le procédé de fabrication du papier employé par les Arabes consistait à garnir et à faire macérer des chiffons dans l’eau pour obtenir une pâte homogène, qui était ensuite tamisée pour séparer les fibres macérées de l’eau. Les feuilles ainsi obtenues étaient ensuite pressées, séchées et enfin recouvertes d’une couche d’amidon de riz pour les rendre plus réceptives à l’encre. À la même époque, les populations d’Égypte et d’Afrique du Nord ont également commencé à fabriquer du papier en utilisant les mêmes techniques que celles employées dans le monde arabe.

Le papier arrive en Europe

Ce n’est qu’au XIe siècle que le papier arrive en Europe, avec la conquête arabe de la Sicile et de l’Espagne. Cependant, le papier est rapidement considéré comme un matériau de qualité inférieure au parchemin, à tel point qu’en 1221, l’empereur romain germanique Frédéric II interdit son utilisation pour les documents publics. En effet, l’amidon de riz était une source de nourriture attrayante pour les insectes, ce qui faisait que les feuilles de papier ne duraient pas longtemps.

L’histoire du papier doit beaucoup aux papetiers de Fabriano, une petite ville de la région des Marches en Italie, qui ont commencé à produire du papier à partir de lin et de chanvre au 12e siècle. En utilisant de nouveaux équipements et techniques de production, ces papetiers ont introduit d’importantes innovations :

  • Ils ont mécanisé le broyage des chiffons en utilisant des moulins à marteaux hydrauliques, réduisant considérablement le temps nécessaire à la production de la pâte.
  • Ils ont commencé à coller les feuilles avec de la gélatine, un additif que les insectes n’aimaient pas.
  • Ils ont créé différents types et formats de papier.
  • Ils inventent le filigrane.

Le filigrane consiste à utiliser des fils métalliques pour ajouter des décorations au papier qui deviennent visibles lorsque la feuille est tenue à la lumière, ce qui permet d’insérer des poinçons, des signatures, des emblèmes ecclésiastiques et d’autres symboles.

À partir du XIVe siècle, la fabrication du papier commence à se répandre dans d’autres pays européens et, à la fin du XVe siècle, avec l’invention de l’impression à caractères mobiles, la production prend véritablement son essor. La découverte de l’Amérique et la colonisation européenne qui s’en est suivie ont amené la fabrication du papier dans le Nouveau Monde. Il est intéressant de noter que, dans son livre « Paper : Paging Through History », Mark Kurlansky raconte une curieuse anecdote : lorsque les colonies d’Amérique du Nord se sont rebellées, elles ont boycotté tous les produits britanniques, à l’exception du papier fin produit par les papeteries de Londres.

Le papier comme moyen de communication de masse

La fabrication industrielle du papier débute au XIXe siècle avec l’essor des journaux à grand tirage et des premiers romans à succès, qui nécessitent d’énormes quantités de cellulose bon marché. En 1797, Louis Nicolas Robert crée la première machine Fourdrinier, qui permet de produire une feuille de 60 cm de long. La demande de chiffons pour la fabrication du papier étant supérieure à l’offre, on cherche des matériaux alternatifs, comme la pâte de bois. Avec le développement de nouvelles techniques d’extraction des fibres des arbres, le prix du papier a chuté de façon spectaculaire, et le papier est rapidement devenu un produit de consommation de masse. Rien qu’en Grande-Bretagne, la production de papier est passée de 96 000 tonnes par an en 1861 à 648 000 tonnes en 1900.

Une fois de plus, l’histoire du papier et l’histoire de l’humanité sont étroitement liées : avec la diffusion du papier bon marché, les livres et les journaux deviennent accessibles à tous, ce qui entraîne une explosion de l’alphabétisation dans les classes moyennes. Mais ce n’est qu’au début du siècle que le papier sera utilisé pour d’autres usages, comme le papier toilette et le papier d’emballage, les jouets et la décoration intérieure.

L’impact environnemental du papier et les choix écologiques

La fabrication du papier utilise d’importantes quantités de ressources naturelles : entre 2 et 2,5 tonnes de bois et 30 à 40 mètres cubes d’eau sont nécessaires pour fabriquer une tonne de papier. De plus, il faut de l’électricité et du gaz méthane pour alimenter les machines industrielles utilisées lors des différentes phases de production et, selon le type de papier, une multitude d’additifs chimiques polluants. C’est pourquoi, dans la mesure du possible, il est important de choisir du papier durable ou recyclé pour réduire l’impact environnemental de la production de papier.

Une carte fabriquée à partir de papier recyclé

Le papier durable est fabriqué à partir de cellulose de bois provenant de forêts certifiées par le Forest Stewardship Council, où des normes environnementales, sociales et économiques strictes sont appliquées. Le papier recyclé, quant à lui, est fabriqué à partir de papier récupéré. Cependant, le chlore utilisé pour le blanchir, ainsi que d’autres additifs chimiques utilisés, font que le papier recyclé n’est souvent pas aussi respectueux de l’environnement qu’on le pense. Pour être sûr de choisir un produit véritablement écologique, optez pour du papier certifié Ecolabel, le label de qualité écologique européen attribué aux produits durables.

Alternatives au papier

Une excellente alternative au papier traditionnel est le papier Crush, produit par les vénérables papetiers italiens Favini, à partir de sous-produits de fruits et légumes. La production de ce papier génère 20 % d’émissions de CO2 en moins et utilise jusqu’à 15 % de cellulose en moins que le papier traditionnel. Il convient à de nombreuses applications, des étiquettes pour produits alimentaires et vins aux cartes d’invitation, catalogues et brochures de qualité supérieure.

La dernière innovation de Favini est le Remake, un papier fabriqué à partir de 25 % de chutes de cuir, 40 % de cellulose recyclée et 35 % de fibres de cellulose vierge certifiées FSC. Il s’agit d’un matériau recyclable et compostable de qualité supérieure, parfait pour l’impression de publications sophistiquées et d’emballages de luxe.

Un autre excellent substitut est le chanvre, un matériau très durable qui est utilisé pour fabriquer du papier depuis l’Antiquité, d’abord par les Chinois, puis par les Arabes. La culture de cette plante ne nécessite pas de pesticides et fournit une quantité de fibres par hectare 3 à 4 fois supérieure à celle des forêts traditionnelles. Son principal inconvénient est le coût du traitement de la pâte de chanvre, qui est beaucoup plus élevé que l’extraction de la cellulose classique.

Notre article sur l’histoire du papier se termine ici, mais nous sommes sûrs que, grâce à l’innovation technique continue, de nombreuses autres surprises nous attendent ! L’histoire du papier est loin d’être terminée, et ce matériau fascinant et utile restera parmi nous pour les années à venir. Toute l’équipe du blog qui-a-invente.eu reste à votre disposition dans l’espace commentaire du blog.

adminmalou

adminmalou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.